mercredi 12 juin 2024

mardi 11 juin 2024

Sans grâce et sans merci

Les intrigants de partout sans grâce tuent la paix
Moi je la convoiterai jusqu'à mon dernier soupir
Le monde vit dans une ambiance de non-respect
Toujours moi je lutterai pour ne pas voir le pire.

Aujourd’hui, frustré, déçu, lassé, à bout de souffle,
Je regarde ce monde qui est le mien moisir et croupir,
Dirigé par des gredins sans vergogne, des maroufles,
Qui embrigadent et soumettent les gens à leur empire.

Où êtes-vous résistants d’hier, opposants et francs-maçons
Face à la corruption aujourd’hui je vous vois s’accroupir,
Seriez-vous devenus des révolutionnaires en chaussons,
Votre courage est au rebut, dans la honte je vous vois croupir.

Mes contemporains qu’une totale indifférence emmitoufle,
Qu’attendez-vous pour réaliser ce que demain camoufle ?
Aidez-moi à trouver enfin cette paix à laquelle j’aspire,
Dans la résignation et le renoncement, cessons de nous tapir.

– Poème de Michaël Adam

mardi 21 mai 2024

Apogée solaire



Montage et photographies :
© 2024, Chartrand Saint-Louis

Musique :
© 2024, composition et orchestration, titre : "Apogée solaire", par Albert, 1:06 min.

Mixage, révision et sonorisation par Albert

lundi 6 mai 2024

Pluie douce



Montage, photographies et court poème :
© 2024, Chartrand Saint-Louis

Musique :
© 2024, pièce de piano, titre : "Pluie douce", par Chartrand Saint-Louis; arrangement (orchestration) par Albert, 2:03 min.

Mixage, révision et sonorisation par Albert

***

Ciel gris, nuages bas
Clapotement de l'eau
Chant furtif d'un oiseau

dimanche 5 mai 2024

Poésie



Montage et photographies :
© 2024, Chartrand Saint-Louis

Musique :
© 2024, composition et arrangement (erhu et xylophone), titre : "Poésie", par Albert, 2:28 min.

Mixage, révision et sonorisation par Albert

****

« Tout comme le grand saule au-dessus de l'étang, les hirondelles sillonnant le ciel et le merle chantant sur une branche partagent avec moi la grande aventure de la vie. Des compagnons de voyage dans ce parcours qui est notre mystérieuse destinée. Ne serait-ce pas là ce que voudrait dire l'expression : « Habiter poétiquement le monde » ? »
– Hubert Reeves, La fureur de vivre, Paris : Seuil, 2020, p. 102

vendredi 26 avril 2024

Étoiles volées

Je n’ai que peu d’illusions et me méfie des certitudes.
J’ai vu les hommes dépouillés de leurs masques,
De leurs badges et de leur apparente sollicitude:
Le cœur des soldats s’endurcit sous le casque.

L’ange et le démon coexistent dans le même être,
Idéalisme et réalisme: deux entités qui s’opposent.
Les esclaves sont bien souvent les maîtres
Et nue devant la mort, la dignité souvent se décompose.

De l’homme, il ne suffit pas de glorifier l’âme,
Il faut combattre le mal, celui qui brime et qui tue,
Celui qui réclame la suprématie d’Abraham,
Celle des aryens, des païens ou de leurs substituts.

Tant de vies sont immolées au Dieu de la Guerre,
Un homme sur deux souffre de faim ou de misère.
Le monde, toujours, est un entre-deux-guerres:
Les champs de bataille sont des mausolées déserts.

Des millions de réfugiés démunis et affamés
Errent sur les chemins d’un monde dit civilisé.
Je n’ai plus d’illusions et j’ai peur des croix gammées,
Et de toutes les étoiles volées du ciel et nationalisées.

– Poème de Michaël Adam