mercredi 19 janvier 2022

Patrimoine religieux



Montage et photographies : © 2022, Chartrand Saint-Louis

Musique : © 2022, musique pour choeur, orgue et orchestre de chambre, titre : "Patrimoine religieux", par Albert, 3:19 min.

Ordre de présentation :

Église du Très-Saint-Sacrement de Québec, Église Saint-Jean-Baptiste, Ancienne église St. Mattew (Bibliothèque Claire-Martin), Sculptures du parc de la Côte Sauvageau, Église Saint-Michel-de-Sillery, Église Saint-Dominique, Monastère de l'Étoile (clocher ancien et Saint Antoine de Padoue), Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, Basilique-Cathédrale Marie-Reine-du-Monde-et-Saint-Jacques-le-Majeur, Église Saint-Thomas de la 5e Avenue à New York, Cathédrale Holy Trinity, Ancienne église Wesley (Maison de la littérature de la ville de Québec), Clochers du Vieux-Québec, Chapelle des Soeurs de la Charité, Clocher de la Basilique-Cathédrale Notre-Dame-de-Québec, Mgr François de Laval, Aux quatre vents (Séminaire de Québec), Église de Sainte-Marcelle (Saint-Jérôme), Cathédrale de Saint-Jérôme, Niche vide (Saint-Jérôme)

dimanche 2 janvier 2022

Ainsi un autre jour venait de naître



« Le fleuve était en crue et roulait ses eaux sur plusieurs milles de large en certains endroits; c'était un spectacle merveilleux. Au nord se trouvaient les collines verdoyantes, toutes neuves après la tempête. De grandes voiles blanches et triangulaires glissaient sur les eaux, et la lumière de l'aube resplendissait autour d'elles; elles semblaient être nées de ces eaux. L'agitation du jour n'avait pas encore commencé, et le chant d'un batelier venait de l'autre côté de l'eau. À cette heure-là le chant semblait remplir l'univers, et les autres bruits semblaient se taire et l'écouter. Même le sifflet d'un train passant près de là semblait se faire plus doux comme s'il craignait de déchirer l'air et le chant.

Petit à petit les bruits s'éveillèrent dans le village : les querelles autour de la fontaine, le bêlement des chèvres, les vaches qui réclamaient qu'on les traie, les lourdes charrettes sur la route, le cri perçant des corneilles, les pleurs et les rires des enfants. Ainsi un autre jour venait de naître. »

– Krishnamurti, Commentaires sur la vie : Qui êtes-vous ?, Intégrale, « Provocation et réponse », préambule, J'ai lu, 2015, chapitre 55, p. 219

Montage, photographies et narration :
© 2021, Chartrand Saint-Louis

Musique :
© 2021, orchestration, titre : "Un autre jour", par Albert, 1:19 min.

mercredi 20 octobre 2021

Splendeurs d'automne



Montage et photographies : © 2021, Chartrand Saint-Louis
(prise de vue : 19 septembre 2021, 16:05, Reflets des feuilles d'automne, Rivière du Nord, Saint-Jérôme)

Musique :
© 2021, pièce de piano, titre : "Crystal", par Albert, durée : 1:12 min.

vendredi 14 mai 2021

La lumineuse journée de printemps



« C'était une plaisante matinée avec des nuages légers et un ciel bleu et clair. Il avait plu et l'air était pur. Chaque feuille était neuve et le triste hiver était terminé; chaque nouvelle feuille, dans le soleil scintillant, savait qu'elle n'avait aucune relation avec le printemps de l'année précédente. Le soleil brillait à travers les nouvelles feuilles, répandant une douce lumière verte sur le chemin mouillé qui, à travers les bois, menait à la route principale qui desservait la grande ville.

Des enfants jouaient par là, mais ils ne contemplaient jamais cette jolie journée de printemps. Ils n'en avaient pas besoin, car ils étaient le printemps. Leurs rires et leurs jeux participaient de l'arbre, de la feuille, de la fleur. Vous le sentiez, vous ne l'imaginiez pas. C'était comme si les feuilles et les fleurs prenaient part aux rires, aux cris et aux trajectoires du ballon. Chaque brin d'herbe, et le pissenlit jaune, et la tendre feuille si vulnérable, tout cela faisait partie des enfants, et les enfants étaient une partie de toute la terre. La ligne de séparation entre l'homme et la nature avait disparu; mais l'homme sur la piste avec sa voiture de course et la femme qui revenait du marché n'en étaient pas conscients. Peut-être ne regardaient-ils jamais le ciel, la feuille tremblante, le blanc lilas. Ils portaient leurs problèmes dans leurs coeurs et le coeur ne regardait jamais les enfants ou la lumineuse journée de printemps. La grande pitié de cela était qu'ils procréaient ces enfants, lesquels bientôt deviendraient l'homme sur sa piste de course et la femme revenant du marché; et le monde, de nouveau, s'obscurcirait. C'est en cela que résidait la douleur sans fin. L'amour, en cette feuille, s'envolerait au prochain automne. »

– Krishnamurti, La révolution du silence, Éditions Stock, 1990, p. 188

Montage, photographies et narration : © 2021, Chartrand Saint-Louis

Musique :
"Earnest" par Kevin MacLeod est protégée par une licence Creative Commons Attribution 4.0. https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/
Source : http://incompetech.com/music/royalty-free/index.html?isrc=USUAN1100248
Artiste : http://incompetech.com/

jeudi 15 avril 2021

L'arbre et l'ombre



« C'était une prairie vaste et luxuriante, entourée de vertes collines. Cette matinée était lumineuse, étincelante de rosée et les oiseaux chantaient aux cieux et à la terre. Dans cette prairie qui avait tant de fleurs se dressait un arbre, seul, majestueux. Il était grand, harmonieux et avait, ce matin-là, un sens particulier. Il projetait une ombre longue et profonde et entre l'arbre et l'ombre, il y avait un silence extraordinaire. (...) C'était un arbre vraiment splendide, avec les feuilles de ce printemps déjà avancé, frémissantes dans la brise.... Il y avait en lui une grande majesté. »

« Ce matin-là, son ombre était très marquée et très claire. Elle avait l'air de s'étendre au-delà des collines, vers d'autres collines. C'était, en vérité, un endroit propice à la méditation si vous saviez méditer, un endroit très tranquille. Alors si votre esprit était aiguisé et clair, il devenait, lui aussi silencieux, il ne se laissait pas influencer par tout ce qui l'entourait, il faisait partie de cette lumineuse matinée... Cette beauté serait toujours là, dans la prairie, avec cet arbre. »

– Krishnamurti, La révolution du silence, Éditions Stock, 1990, p. 201-202

Montage, photographies et narration : © 2021, Chartrand Saint-Louis
(prise de vue : La vallée et les collines des Laurentides, vue du parc des Braves, 4 et 7 mars 2021; L'arbre majestueux, 8 avril 2021, Plaines d'Abraham)

Musique :
"Heartbreaking" par Kevin MacLeod est protégée par une licence Creative Commons Attribution 4.0. https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/
Source : http://incompetech.com/music/royalty-free/index.html?isrc=USUAN1100208
Artiste : http://incompetech.com/

jeudi 1 avril 2021

La terre en sommeil



« C'était l'hiver; les arbres avaient perdu toutes leurs feuilles et leurs silhouettes dénudées se découpaient sur le ciel clair. Même les quelques sapins qui gardaient leur parure semblaient souffrir du vent mordant et des nuits glaciales. Au fond du paysage, les montagnes étaient recouvertes de neige, et de gros nuages blancs se collaient à leurs flancs. L'herbe était rousse, car il n'avait pas plu depuis plusieurs mois, et les prochaines pluies de printemps étaient encore loin. La terre était en sommeil. Les haies ne connaissaient plus la joyeuse animation des oiseaux et de leurs couvées, et les chemins étaient secs et poudreux. Sur le lac, quelques canards se reposaient avant de reprendre leur vol en direction du sud. Les montagnes détenaient les promesses d'un nouveau printemps, et la plaine rêvait en l'attendant. »

– Krishnamurti, Commentaires sur la vie : Qui êtes-vous ?, Intégrale, « Le sommeil », préambule, J'ai lu, 2015, chapitre 16, p. 57

Montage, photographies et narration : © 2021, Chartrand Saint-Louis

Musique :
"Comfortable Mystery 3 - Film Noire" par Kevin MacLeod est protégée par une licence Creative Commons Attribution 4.0. https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/
Source : http://incompetech.com/music/royalty-free/index.html?isrc=USUAN1100536
Artiste : http://incompetech.com/